[Défi du mois n°7] Les interprétations

Jean-Emmanuel

“Namilélé, je souhaite te poser une question en sachant dans mon cœur que des personnes extérieures à nous deux seront les témoins de ta réponse. Elle sera donnée suite à un test d’indépendance et sera la plus libre et automatique possible. Je serai obligé de la publier qu’elle me fasse plaisir ou non.

Le contexte

Le projet “me donner de l’amour” est un projet toujours en cours. J’y suis allé par étapes depuis ma rencontre avec Aurore. J’ai toujours adoré décomposer mes processus émotionnels inaccessibles en plusieurs sous-processus atteignables tous liés par une logique implacable.

J’ai dans un premier temps remarqué à quel point je me donnais plus d’amour durant mes séances d’autohypnose en étant observé plutôt que tout seul. J’ai saisi chaque opportunité du mieux que je le pouvais. De quelques démonstrations d’autohypnose devant des stagiaires HUNKAAR, à des séances d’autohypnose coachées par Aurore durant lesquelles elle m’observait faire et me corrigeait avec la plus grande bienveillance. Il y avait toutefois un frein en moi, comme une peur de montrer du mauvais HUNKAAR.

Et puis j’ai eu l’idée de me servir de son amour comme un pont pour apprendre à m’aimer moi-même.

Sachant qu’Aurore vibre autant HUNKAAR que moi, elle sera encore plus amoureuse et plus fière si je fais de mon mieux chaque jour pour rayonner HUNKAAR encore plus fort. Le raisonnement paraît logique, non ?

Par ce petit subterfuge, ma Mythopoéïa m’offrit une moitié de chemin. J’aime HUNKAAR. Elle aime HUNKAAR. Elle m’aime. Je l’aime. M’aimer c’est vibrer HUNKAAR. Vibrer HUNKAAR c’est l’aimer.

D’un point de vue plus réalise, il me fallait maintenant m’assurer que je puisse m’aimer seul sans être dépendant de son amour pour moi. Et cette preuve d’amour devait passer par une mise à nue supplémentaire, devant vous tous. Me sentir observé par des regards HUNKAAR est un cadeau du ciel qui me donne le droit de m’aimer encore plus. Encore mieux.

Fin du contexte

Namilélé, ce défi du moi(s) a provoqué en moi les pire désenchantements alors que j’espérais vivre une explosion de joie.

Alors j’ai besoin de savoir. Je te demande de me donner une note de 1 à 10 qui représentera à quel point j’ai laissé vibrer HUNKAAR en moi sur l’ensemble du mois d’août.”

defi-7

Un 8/10... Ou un infini, à moi de choisir.

Aurore

Anne

Jean-Marie

Plus on se donne d’amour,
Plus nos proches en profitent,
Plus notre entourage en bénéficie !

L’Amour n’est pas une denrée rare,
Il suffit de le cultiver…
Quand tu as un peu d’amour en réserve,
Que tu l’aie reçu à ta naissance ou à l’aube de ta vie,
Fais-le prendre racine dans tes émotions puis
Confie-le à un jardinier de l’intime,
Un animal, un arbre, un enfant, un autre cœur,

Laisse grandir mais prends de ses nouvelles de temps en temps,

Ne sois pas impressionné par la quantité d’amour qu’ils te renvoient en retour ;
Ils attendent juste que tu en fasses autant.

Alors aime-toi comme si tu étais ton premier amour,
Aime-toi comme si tu étais un rêve,
Aime-toi plus que tes dieux,
Plus que la brise du soir ou tous les matins du monde,
Plus que la liberté océane ou l’aventure humaine.

Aime-toi à rendre jaloux tous tes autres amours.
Aime-toi !

Je t’aime…

Soazig

Sylvaine

13 Aout, je consulte mes mails… un peu fébrile…

Ça y est, il est arrivé celui que j’attends ! Mais il ne contient pas la réponse que j’attendais !

Une faille s’ouvre sous mes pieds, un poids enserre ma poitrine, je ne peux pas respirer !

Tout à coup les mâchoires se serrent ! les muscles se tendent ! les tigres grandissent …

Ce vieux comportement reflexe se met en place jusqu’à ce que… Une vague chaude m’envahie, une vague d’amour qui fait lâcher les défenses, couler les larmes, haleter les sanglots. Je ne peux rien faire d’autre que de laisser couler cette vague émotionnelle.

Je souffre et pourtant je sens que c’est ce qu’il faut, que la liberté est là !

Oui la liberté, la liberté de me donner suffisamment d’amour pour vivre cette émotion complètement pleinement plutôt que de tenter de l’enfermer en ouvrant la colère.

Je ne suis pas seule, je suis au téléphone avec un ami très cher qui m’écoute pleurer avec bienveillance. Si bienveillant qu’il propose que si c’est trop inconfortable pour moi de vivre cette émotion, je peux demander à mon inconscient de stopper et d’attendre quelques jours ma prochaine séance d’hypnose pour libérer !

Mais non ! je veux la vivre cette émotion ! Tu te rends compte que c’est la première fois depuis une éternité que je m’aime suffisamment pour me faire ce cadeau !!!!

Alors je pleure, encore et encore jusqu’à ce que les larmes se tarissent, les sanglots s’apaisent…

Les tigres se couchent et s’endorment, l’amour m’envahie et je suis parfaitement consciente que je suis en train de me donner tout l’amour dont j’ai besoin pour me rapprocher de l’équilibre.

Quelle plus grande preuve d’amour aurais-je pu me donner que celle-ci ?

Quel chemin parcouru pour en arriver là !

C’est le résultat de beaucoup de travail pour me reconnecter aux émotions.

Ce n’est plus les subir de plein fouet en luttant de toute mes forces pour les enfouir loin très loin !

Non ! c’est me faire suffisamment confiance et m’aimer. M’aimer de cet amour pur, de cet amour qui fait grandir, de cet amour qui fait rêver, de cet amour qui fait avancer !

De cet AMOUR qui LIBERE !

Ce 13 aout j’ouvre un mail et me voilà LIBRE !!!!

Christine

– Moi : Donner de l’amour !!! Ahahah pour une fois, un défi facile pour moi, toujours prête à aider les autres, à les aimer, à les transcender, à vivre et vibrer à travers eux.

– L’autre moi : Euuuuh NON, tu as lu trop vite Christine, il s’agit de « SE » donner de l’amour.

– Moi : Ah oui ! Mais si on sait donner aux autres, on sait forcément se donner à soi non ?

– L’autre moi : OK, alors raconte comment tu fais…

Voilà où j’en étais de mes réflexions au début du mois.

J’ai cherché, cherché mais au final je me suis aperçue que je ne savais pas vraiment ME donner de l’amour, ou si rarement que s’en était triste. Ma priorité était très rarement MOI, souvent laissée à l’abandon sur le bord du trottoir, à se faner par manque d’amour de moi-même.

Les jours passaient et rien n’émergeait. Après 3 semaines à me triturer l’esprit pour savoir ce que je pourrais bien mettre en place pour me donner un peu d’amour, Charles, mon inconscient m’a soufflé une idée. Voici ma pépite du MOI (du mois).

J’ai installé mon campement au fond du jardin pour vivre l’instant présent, loin du bruit et du tumulte de la vie, au plus près de la nature pendant quelques jours, en isolement presque complet.

Mon téléphone, en mode avion, à ne m’en servir que pour le strict nécessaire (pas de conversation téléphonique à n’en plus finir avec les amis, entre autre…), plus de télé et surtout sans contrainte aucune.

J’ai fui cette voix qui me dit toujours “Il faut que.. ” pour ne penser qu’à « J’ai envie de … » Merci à toi Laurent qui m’a permis de travailler sur ce point très récemment en séance d’hypnose et m’a ouvert les portes de réaliser ce défi.

Et c’est ainsi que se sont enchaînés Nuits à la belle étoile ponctuées parfois de séances photos improvisées du ciel, méditations, Qi gong, marches nocturnes, lectures, repas frugaux avec fruits et légumes du jardin, douches en extérieur, bain de jour et de minuit, siestes, écoutes du bruit de la pluie sur la toile de tente ou du vent dans les feuilles, observation des nuages pour y déceler des formes,… Un vrai bonheur !!!

Une expérience où je me suis ressourcée, alignée avec moi-même et surtout où je me suis respectée à 100%.

Un vrai régal. Un très beau cadeau que je me suis faite. Que c’est beau de s’aimer et d’être entière❤️

Je me suis promis désormais de renouveler cette expérience aussi souvent que possible.

Voici quelques moments de partage entre la nature et moi.

Laurent

2 réflexions au sujet de “[Défi du mois n°7] Les interprétations”

  1. Merci infiniment à Manu, Namilélé, Aurore d’avoir proposé ce sujet qui paraît si simple et qui pourtant est bien plus complexe (surtout pour certaines personnes).
    Merci infiniment à celles et ceux qui ont réussi à partager, grâce à eux j’ai pu vivre des émotions (Merci Soazig, ton partage m’a permis une remontée émotionnelle libératrice et vivifiante).

    • Merci Nicolas,
      Je suis très heureuse que cette publication t’ait permis de vivre cette émotion. Ca me touche beaucoup que ces émotions aient été partagées même avec des gens que je ne connais pas.

Laisser un commentaire