L'hypnose qui donne la parole à l'inconscient

Hypnose Expérimentale – 3 jours pour libérer vos inconscients

H
Trois jours pour faire passer au premier plan cette intelligence du corps que la plupart des gens ne soupçonnent même pas. Les rôles s’inversent : l’inconscient sur scène, la conscience ordinaire dans les coulisses. Notre conscience analytique s’endort alors pour laisser place à une conscience émotionnelle et intuitive remplie d’amour et de bienveillance. En faisant intervenir sous hypnose des personnages inconscients, encore appelés « personnalités secondaires », nous revisitons les travaux de Milton Erickson et Pierre Janet en les expérimentant directement sur nous-même !

Des transes somnambliques pleuvent, et attention, c’est contagieux 😉

Hypnose Expérimentale
Hypnose Expérimentale – promotion juin 2018

prEmier jour : comprendre l’écriture automatique et les personnages inconscients

Après le petit-déjeuner servi dans nos locaux, nous attaquons quelques heures de théorie afin de nous placer sur la même longueur d’ondes avant d’entamer les trois jours intensifs de mises en pratiques.

Pré-requis indispensables

Tous les stagiaires présents ont déjà effectué un stage chez nous, qu’il s’agisse du module Street Hypnose en 2 jours dispensé un peu partout en France par nos collaborateurs ou du module Hypnose Générale en 4 jours dispensé à Toulouse par Julie et moi-même. La raison est simple : nous souhaitons trois jours de pratiques et minimiser au maximum la partie théorique. Nous ne revoyons pas les mises en transe hypnotique. Nous cherchons simplement à explorer deux nouveautés en profondeur : l’écriture automatique d’une part, et les personnalités secondaires d’autre part, afin de créer des transes profondes somnambuliques « à-la-Erickson ».

L’autre nécessité, non-négociable, est d’arriver ultra-motivé pour vivre ces phénomènes sur soi, avant toute chose. Il est hors de question de venir en tant que « faiseur » sans passer par la case « celui qui vit ». Nous fonctionnons par binômes et il est capital d’alterner les séances d’hypnose entre celui qui accompagne, et celui qui apprend à vivre la transe profonde somnambulique.

Pour plusieurs raisons :

  • L’accompagnement ultime en hypnose, selon nous, est un accompagnement du cœur davantage qu’un accompagnement par de la technique. Nous vous enseignons de la technique, qui sert de base, et très vite nous vous emmenons dans une hypnose bien plus « connectée », de cœur à cœur, les outils restants les mêmes. Ne pas vivre l’hypnose, rester dans une conscience « ordinaire » nous déconnecte de cette possibilité. L’esprit rationnel, cartésien et analytique devient au bout de quelques heures de pratiques un frein, incompatible avec nos méthodes.
  • Une confiance grandissante entre les deux partenaires est le socle d’un lâcher prise mutuel qui amènera à vivre des expériences qui peuvent chambouler littéralement une vie tant toutes nos croyances volent en éclat.
  • Ne venez pas si vous ne souhaitez pas vous confronter à qui vous êtes vraiment, au fond. Non, vous n’êtes pas défini par votre prénom, votre âge ou même votre activité professionnelle. Qui êtes-vous ? Souhaitez-vous vraiment connaître la réponse ?
  • La dynamique de groupe est celle-ci : les premiers qui lâchent et vivent la transe somnambulique sont des catalyseurs pour toutes celles et ceux qui rencontrent encore quelques difficultés. Un élément perturbateur ne jouant pas le jeu peut littéralement casser l’effet de groupe construit jusqu’alors.
  • Chaque séance dure entre 1h et 1h30. Ensuite, les inconscients fatiguent et ont besoin de récupérer de l’énergie. L’alternance entre jouer le rôle de l’hypnotiseur et de l’hypnotisé permet ce mélange savoureux entre immersion dans la transe profonde, énergivore, et des phases plus calmes en tant qu’accompagnant. Chaque participant aura en tout et pour tout été hypnotisé entre 6 et 8 heures durant les 3 jours.

La partie théorique repose essentiellement sur des citations replacées dans leur contexte, tirées d’ouvrages de références comme l’Automatisme Psychologique de Pierre Janet, ou encore l’intégrale des articles de Milton Erickson sur l’hypnose. Décorées d’anecdotes personnelles provenant des précédents stages, ces citations me permettent de vous amener à comprendre l’enjeu de ces trois jours. Mettre vos inconscients en ébullition, qu’ils soient sur les startings blocks dès les premiers ateliers pratiques. Même les moins réceptifs vivent alors des expériences folles dès les premières heures d’hypnose grâce à tout ce discours pré-hypnotique.

Quelques extraits du cours

Définition de l’écriture automatique

« Le terme ‘écriture automatique’ est utilisé pour désigner une écriture qui est réalisée sans que son auteur ne soit conscient de ce qu’il est en train d’écrire, et même occasionnellement non conscient de l’acte d’écriture en lui-même. Peut-être devrait-on dire ‘totalement conscient’, parce que l’écriture automatique peut également provoquer une certaine conscience à son auteur de ce qu’il est en train d’écrire. Dans tous les cas, cette activité apparaît sans l’habituel contrôle volontaire et c’est pour cette raison qu’on la qualifie ‘d’automatique’.

 

L’écriture automatique n’est toutefois qu’un moyen par lequel une personnalité secondaire, en tout cas différente, peut se manifester.

Le sujet pourrait tout aussi bien parler, comme cela se produit dans les cas de médiumnités verbales, ou laisser quelques doigts glisser sur une planche avec des lettres imprimées dessus (plateau Oui-Ja). »

 

The Journal of the American Society for Psychical Research vol. 72, Octobre 1978

Nous définissons précisément ce qu’est l’écriture automatique, ce que cet outil permet de faire, et surtout ce que cela n’est pas. Nous explorons toutes les stratégies permettant d’apprendre à vivre l’écriture automatique pour la première fois. En effet, tout le monde n’y parvient pas en 5 minutes, tant les conditions requises sont parfois difficiles à obtenir chez certains profils psychologiques. J’ai fait parti de ceux-là. Je ne savais pas du tout comment « abandonner » mon bras afin qu’il puisse bouger de manière autonome. J’ai alors appris que, sans m’en rendre compte, je mettais des tensions (musculaires, mentales et même émotionnelles) dans mes membres supérieures empêchant tout phénomène idéomoteur complexe. En m’entraînant, avec les années, j’ai développé des outils permettant de faire vivre l’écriture automatique même sur les profils les plus résistants, moi y compris.

Nous enchaînons ensuite sur la notion de « personnalités secondaires », des formes d’intelligences émotionnelles et intuitives que l’on peut créer sous hypnose et utiliser dans la vie de tous les jours ensuite. Des alliés de taille, qui ressemblent à s’y méprendre à ce que l’on appelle des « ange-gardiens » dans le monde ésotérique. Des guides qui savent où se trouve notre chemin du bonheur.

Enchaînés dans les conditionnements de la société nous poussant à « réussir » coûte que coûte, que cela soit professionnellement, matériellement ou familialement, nous oublions chaque jour les petits détails qui mènent au bonheur. Nous créons ces guides intérieurs pour nous rappeler que chaque décision, chaque petit événement, est un pas de plus à emprunter vers le bonheur. Nul besoin de croire aux anges-gardiens ou aux esprits pour vivre pleinement cette formation. Bien au contraire. J’ai un diplôme bac+5 en système d’informations, où les maths et l’informatique règnent en maître. Mon esprit cartésien sur-développé a mis longtemps à l’admettre : il y a à l’intérieur de chacun de nous des intelligences émotionnelles qui ne réclament qu’une chose : pouvoir s’exprimer et devenir nos copilotes remplis d’amour et de patience au jour le jour. Après avoir réalisé plus d’une vingtaine de formations d’Hypnose Expérimentale, avec toujours plus de surprises, j’ai dû me rendre à l’évidence. Et je crois que ce n’est pas pour rien si j’ai créé ce module au départ. Je l’ai fait avant tout pour moi. Tous ces modules m’ont fait grandir spirituellement bien plus que n’importe quelle thérapie que j’ai pu suivre avec des psychologues par le passé. J’ai pu ainsi développer des outils et des techniques qui, une fois appliqués sur moi, m’ont permis de redécouvrir mes émotions, mon corps et j’ai pu enfin évacuer de grosses mémoires négatives de mon passé qui avaient été enfouies pour me protéger. C’est le travail d’une vie, il en reste encore, bien évidemment, et je vous souhaite ce même cheminement.

Ces personnages secondaires peuvent être dotés d’une profonde bienveillance envers nous, consciences ordinaires, et Pierre Janet nous le faisait déjà remarquer en son temps.

« Cependant, de même que les individus les plus suggestibles se sont montrés capables de résistance et de spontanéité, de même, le personnage secondaire se montre parfois très indocile. J’ai eu des querelles bien amusantes avec ce personnage d’Adrienne si docile au début et qui, en grandissant, le devenait de moins en moins. Il me répondait souvent d’une manière impertinente et écrivait « Non, non », au lieu de faire ce que je lui commandais. Il fut un jour tellement en colère contre moi qu’il refusa complètement de me répondre ; catalepsie partielle, actes inconscients, écriture automatique, tout avait disparu par la simple mauvaise humeur d’Adrienne. Peut-on, ainsi que certains auteurs, considérer ces phénomènes de catalepsie à l’état de veille comme des phénomènes purement physiologiques et musculaires, quand on les voit disparaître subitement à la suite d’une colère qui s’est manifestée par l’écriture automatique ? Je fus forcé alors de causer avec le personnage normal, avec Lucie, qui, tout à fait ignorante du drame qui se passait au dedans d’elle-même, était de très bonne humeur.

Quand je fus parvenu à me réconcilier avec Adrienne, les actes cataleptiques recommencèrent comme auparavant. Des faits de ce genre sont loin d’être rares et je les ai observés sur plusieurs autres sujets. »

 

Pierre Janet, l’automatisme psychologique : deuxième partie (1889)

Il est amusant, et aussi rassurant, de lire ce genre d’anecdotes venant de la part d’un mentor comme Pierre Janet. J’ai également rencontré à de nombreuses reprises ce genre de phénomènes dans ma pratique personnelle. Ayant l’habitude de fonctionner ainsi, même dans un cadre thérapeutique, développer des personnalités secondaires intelligentes et matures charger de protecter la conscience ordinaire amène son lot de surprises. Il est arrivé à de multiples reprises que certains de mes stagiaires, allant voir d’autres hypnothérapeutes plus proches de chez eux pour continuer à mieux gérer leurs souffrances du passé, deviennent « non-réceptifs » soudainement face aux protocoles et aux scripts de ces derniers. Leur inconscient jugeant la pratique « non écologique », tout se bloque instantanément. Et de devenir très réceptif de nouveau en un claquement de doigts dès que le thérapeute change sa posture et se met à poser des questions avec une réelle curiosité sans chercher à en imposer les réponses. Les réactions inconscientes sont de moins en moins automatiques et de plus en plus réfléchies.

Un exemple marquant me vient en tête : les médecins ayant été incapables de diagnostiquer une quelconque pathologie physiologique, un de mes stagiaires souffrant de douleurs au niveau du foi se retrouva face à un hypnothérapeute qui lui annonça d’entrée de jeu : « le foi est la zone de la colère, je vous propose de vous aider en commençant par faire ressortir toute la colère que vous avez en vous ». Même si cela peut être vrai quelquefois, généraliser n’est jamais bon… Quelques minutes plus tard, le stagiaire sentit des grattouilles envahir tout son corps, comme pour saborder sans le faire exprès toute la séance. Le thérapeute fut très surpris de cette réaction spontanée. Le stagiaire expliqua ne pas comprendre ce qui se passait non plus. Le praticien a ensuite fait preuve d’ouverture en posant directement des questions à l’inconscient, et ils comprirent finalement que ce dernier avait un message différent : la douleur au niveau du foi était un signal d’alarme par rapport à un ras-le-bol total du corps face au boulot actuel du stagiaire. La douleur avait comme utilité : « change de boulot ». Après quelques négociations avec l’inconscient sur les stratégies à mettre en place, la douleur disparût d’elle-même.

Une fois la théorie bien comprise, c’est parti pour les premiers ateliers !

Le premier jour, les exercices permettent de mettre un premier pieds à l’étrier dans la découverte de son inconscient. Le but est de laisser l’inconscient prendre de la place, à la fois dans les mouvements des bras, puis dans une écriture automatique à base de gribouillis sans chercher de suite à rentrer en communication.

deuxième jour : développer nos intelligences émotionnelles à travers la création de personnages secondaires

Afin de bénéficier de ces ange-gardiens sur-mesure, il nous faut réussir à les développer sur deux plans, complémentaires :

  • L’intelligence et la maturité émotionnelle d’une part, amenant plus de sagesse, d’amour et de compréhension. En terme ésotérique, cela revient à passer du plan astral aux esprits de lumière par exemple. Pour cela, il s’agit d’interagir grâce à l’écriture automatique, avec des dialogues comme on le ferait avec un enfant, afin de l’éveiller et l’amener à explorer l’ensemble de toutes nos mémoires émotionnelles (même celles refoulées par la conscience ordinaire). Nous allons créer ainsi un personnage, une conscience, SOUS la conscience ordinaire. Pierre Janet parlait alors de « subconscient ».
  • La prise de possession de ce personnage « ange-gardien » inconscient sur le corps. Laisser venir, dans notre corps, tout cet amour qui vient faire le ménage de toutes nos souffrances liées aux mémoires sociétales. Le temps d’un instant, Jean-Emmanuel part voyager et le personnage secondaire se met, en plus d’écrire, à parler et même à ouvrir les yeux. Nous restons conscients tout le long du processus. Mais nous passons d’une conscience « ordinaire » à une conscience « plus évoluée », ayant accès à beaucoup plus de ressources positives et de compréhensions. Tout notre passé s’éclaire alors de mille lumières, une fois toutes les barrières sociétales envolées.

Si vous souhaitez mieux comprendre ce qu’est une transe somnambulique, j’en parle déjà un peu dans le compte-rendu du stage « Hypnose Générale ». J’en referais un article plus complet plus tard, très certainement.

Quand Un inconscient devient conscient

Nous avons tous en tête l’image de l’inconscient comme un réservoir de ressources gigantesque, bercé d’automatismes et d’instincts de survie. Hors, grâce à l’hypnose et notamment l’écriture automatique, nous allons découvrir toute la beauté de cette conscience sous la conscience. Etudiée depuis plus de deux siècles déjà, cette dynamique a été perdu ces dernières décennies au profit d’une hypnose PNL qui modifie les comportements comme on modifierait un programme d’ordinateur. Cela fonctionne, bien souvent, mais il manque selon moi toute l’essence et la philosophie qui fait vibrer ma vie aujourd’hui. Je n’ai pas la prétention de faire de la vraie hypnose. J’ai la prétention de faire de l’hypnose qui me parle au plus profond de mon être.

Apprendre à laisser s’exprimer l’inconscient…

…A la place du conscient. Et c’est là toute la difficulté. Si je souhaite que mon inconscient puisse s’exprimer par la parole, il faut donc que Jean-Emmanuel, en tant que conscience ordinaire, « laisse faire ». Hors, depuis mon plus jeune âge, on ne m’a appris qu’à parler consciemment. Je ne savais même pas, avant d’apprendre l’hypnose, que le corps pouvait parler « tout seul » sans mon aide consciente. Et peut-être que vous non plus, curieux de l’hypnose, ne le saviez pas non plus. Pourtant, Erickson en parle très longuement dans ces articles.

« En transe profonde, des bons sujets non entraînés se trouvent incapables de parler sans s’éveiller. Ils savent depuis toujours que parler se fait à un niveau conscient et ils ne réalisent pas qu’il est possible de parler à un niveau purement inconscient. On doit souvent apprendre aux sujets à prendre en compte leurs aptitudes à bien fonctionner, que ce soit à un niveau conscient ou à un niveau inconscient. C’est pourquoi l’auteur a si souvent insisté sur la nécessité de consacrer de quatre à huit heures, ou même plus, à induire des transes et à entraîner les sujets à fonctionner de manière adéquate avant de se lancer dans une expérimentation ou une thérapie hypnotique. »

 

L’intégrale des articles de Milton Erickson sur l’hypnose – TOME 1 – p.185

Troisième jour : libérez les P2 !

Ce troisième jour, c’est l’éclate totale ! Nous rentrons à la limite dans le domaine paranormal lorsque nous laissons tous ces inconscients prendre le dessus. Nous devenons tous « connectés » les uns aux autres, sans parler. Afin de le tester, nous réalisons une succession d’ateliers d’hypnose, non plus avec notre conscience ordinaire sociétale (cartésienne et analytique) mais avec notre conscience intuitive et émotionnelle afin de toucher du doigt une autre dimension humaine.

Les yeux dans les yeux

Hypnotiser l’autre, l’emmener voyager dans un tourbillon d’émotions, simplement par un regard échangé, les yeux dans les yeux. Tel est l’objectif de cet atelier. 10 à 15 minutes, sans aucun mot, juste d’âme à âme. Dans la société, les regards soutenus dérangent, provoquent, voire font peurs. Là, on accepte de s’ouvrir à l’autre. On se surprend à le laisser rentrer à l’intérieur de nous et lire nos souffrances et nos bonheurs comme dans un livre ouvert. Et la réciproque rend ce moment sublime et touchant à la fois. Les inconscients bien développés ne font que pousser cette expérience à son paroxysme. Un échange de cœur à cœur qui touche au plus profond de notre être. Deux personnes qui se rencontrent sans tous les masques sociétaux.

La pantomime

Plus fort encore, nous apprenons à hypnotiser l’autre sans aucun mot. Juste par des échanges subtils d’informations, d’inconscient à inconscient, les deux corps se connectent ensemble et échangent des messages qui n’ont aucun sens rationnel.

Deux ateliers se succèdent. Un premier les yeux ouverts et avec des contacts physiques autorisés (pour détendre, relaxer, rassurer etc.) afin de prendre connaissance tout doucement de ces nouvelles capacités. Le deuxième, les yeux fermés, laisse davantage place au subtil.

Julie et moi avons comme rituel désormais, à chaque session, de réaliser une démonstration de l’exercice que nous proposons avant de demander aux stagiaires de se mettre en action. Tandis que Julie a les yeux fermés, je mime des énergies afin de bouger son bras, et vous pouvez constater sur la vidéo le bras de Julie qui suit au détail près tous les mouvements que je cherche à déclencher. Cet exercice marche avec l’intention de l’hypnotiseur, et l’intuition de l’hypnotisé. En réalité, pas besoin que l’hypnotiseur fasse de gestes pour que cela fonctionne. Néanmoins, afin de rendre l’exercice crédible vu de l’extérieur, c’est préférable. Si je dis « là, le bras part à droite et c’est exactement l’intention que j’avais mise », personne ne va me croire sur parole évidemment.

A vous de juger… Et si vous venez participer à cette formation, vous aussi saurez le vivre et le faire vivre.

Les synesthésies

Dernière curiosité de la formation, laisser nos inconscients nous emmener découvrir des mélanges de sens harmonieux et somptueux. 45 minutes de méditation guidée par des musiques aux styles variés afin de provoquer en vous des synesthésies incroyables.

Une synesthésie revient à mélanger plusieurs modalités sensorielles. Par exemple, plutôt que de simplement écouter la musique, nous allons aussi apprendre à voir la musique, vivre la musique corporellement avec des sensations et des émotions bien particulières, sentir la musique avec des odeurs, goûter la musique avec des saveurs plus ou moins salées, sucrées ou amères. La musique n’est plus juste un son, elle devient une histoire qui se raconte à travers tout notre corps. A vivre au moins une fois dans sa vie… Plus notre inconscient est développé et capable de prendre de la place dans notre corps, et plus ces phénomènes deviennent facilement accessibles.

Une personne en transe somnambulique devient l’hypnotiseur

Je ne crois pas que cette expérience ait été mené de nombreuses fois par le passé. En tout cas, si vous avez des sources à ce sujet, je suis preneur, n’hésitez pas à me les communiquer par mail ou en commentaires ci-dessous. Je n’irais pas jusqu’à prétendre en être l’inventeur, puisque je suis persuadé que ces phénomènes se produisaient dans d’autres contextes depuis la nuit des temps. Par exemple, j’ai lu comment des oracles, des chamans et autres guérisseurs rentraient dans des transes très profondes pour faire rentrer à leur tour en transe les personnes participant aux rituels.

On dit souvent que pour être un bon hypnotiseur, il faut aussi soit-même être capable de rentrer en transe pour guider l’autre. A la fois je suis d’accord, à la fois je trouve que ce concept est trop sous-estimé. Les hypnotiseurs restent très souvent dans des transes très légères lorsqu’ils amènent leurs patients / clients à vivre des transes hypnotiques.

Nous poussons le vice plus loin. Toutes les personnes ayant atteint le Saint-Graal de la transe somnambulique durant les deux premiers jours et demi (soit environ 1/3 à 1/2 des personnes présentes en moyenne) vont laisser venir un personnage secondaire « hypnotiseur » qui aura comme rôle d’aider des « résistants » à lâcher prise enfin.

Ce sont de belles séquences. J’ai vécu des moments inoubliables. Par pudeur, par jeu, par espièglerie aussi, je ne vous en dirais pas plus ici… Il faut le voir pour le croire. Ce que je peux vous dire, c’est que ces hypnoses là sont les plus belles et les plus pures que j’ai vues. Des hypnoses sans aucune technique qui fonctionnent cent fois mieux. Du cœur à cœur, sans détour. Une personne en transe somnambulique jouant le rôle de l’hypnotiseur lit à l’intérieur de vous toute votre histoire, toutes vos peurs, et est capable de jouer l’exact rôle dont vous avez besoin pour accéder vous aussi à la libération de votre inconscient.

Et on repart ensuite dans la réalité de la vie…

…Chamboulé et heureux.

Prochaines dates disponibles

30 novembre - 2 décembre 2018COMPLET
14 - 16 décembre 2018COMPLET
Pré-inscriptions 2019les places partent vite...

Pour vous inscrire, cliquez-ici !

A propos de l'auteur

Jean-Emmanuel
L'hypnose qui donne la parole à l'inconscient

Articles récents

>