La parole à l'inconscient

La philosophie derrière la méthode HUNKAAR

La méthode HUNKAAR est finalement assez simple à comprendre. Derrière nos maux, se cachent souvent des souffrances inconscientes non accueillies. Prisonniers dans notre corps, ces fardeaux émotionnels se présentent à nous sous d’autres formes ensuite, plus agressives. Après avoir tenté le canal des rêves, l’imaginaire, les sensations, viennent ensuite les douleurs chroniques non expliquées médicalement, les maladies auto-immunes, les insomnies, certaines maladies de la peau et tant d’autres. Parallèlement, nous brûlons à petit feu notre corps par une surconsommation de malbouffe, d’addictions en tout genre, dont la seule vocation est de faire taire jusqu’à notre propre existence. Habilement, nous cherchons à restaurer un dialogue entre toutes les parties de notre corps qui se sont jurées que plus jamais elles ne laisseraient remonter des émotions à la surface car jugées dangereuses, et toutes les parties qui ont besoin que le corps accueille leur souffrance et leur donne le droit d’exister à travers l’acceptation des émotions passées et présentes.

La méthode HUNKAAR, c’est communiquer avec un inconscient le plus mature possible, qui à la manière d’un ange-gardien saura nous guider vers un équilibre de vie et un mieux-être retrouvé.

Les parties émotionnelles P2

Ces dernières sont comme des mini-nous bloqués dans le passé suite à des événements traumatiques cachés aux fins fonds de notre mémoire. Elles souffrent et demandent à simplement pouvoir partager leur fardeau trop lourd. Elles se manifestent essentiellement par des douleurs psychogènes et des privations de liberté comportementales. Elles cherchent à se faire remarquer comme elles peuvent pour qu’on leur vienne en aide.

Les parties protectrices P1

Les parties protectrices, quant à elles, sont des fières gardiennes du temple de la bienséance. A la recherche de l’intégration sociétale parfaite, elles veillent à ce que notre conformisme perdure juste ce qu’il faut pour tenter ensuite dans les moments disponibles de chercher l’amour, la liberté et le bonheur que désire tant P2. Mais le temps de cerveau humain disponible de Jean-Emmanuel est davantage consacré à tasser les mémoires de douleurs sur son téléphone plutôt qu’à suivre la boussole de son cœur.

Petit jeu de l’esprit

Une partie P1 (P1)

Et une partie P2 (P2)

Réunifiées


P2 est seule, incomprise, ravagée par la souffrance qu’elle subit 24 heures sur 24, 7 jours sur 7. Ce viol, cette intrusion qu’elle porte, tout le monde s’en fout. Et tout le monde l’ignore. L’eau coule sous les ponts, mais elle n’a même plus de larmes à laisser s’écouler. Son climat intérieur est sec et aride. Et puis un jour elle explose comme un volcan. Elle s’énerve. Elle s’élève, aussi, pour mieux frapper et faire mal à toutes les autres qui ne l’écoutent jamais. Après tout, elles le méritent.

P1, elle, en a franchement marre de ces parties qui passent leur temps à se plaindre et à jacasser au fond alors qu’elles ne se rendent même pas compte qu’elle fait tout pour que Jean-Emmanuel soit bien dans sa vie de tous les jours. Elles ne se rendent même pas compte qu’elle en ait dû venir à faire fumer Jean-Emmanuel pour qu’il tienne le choc.

“Rendez-vous compte, P1 en vient à faire souffrir le corps en étant persuadé que c’est pour protéger Jean-Emmanuel de MOI qui soi-disant ne le ferait souffrir qu’encore plus. P1 préfère détruire le corps que m’écouter.
Me pense-t-elle si maléfique ? “

“P2 m’a bien aidé pour une fois, quand Jean-Emmanuel avait besoin de se connecter à tout l’amour qu’il a pour sa femme. Elle est cool des fois. Quand elle ne me bassine pas avec les gros boulets qu’elle traîne.”

“P1 m’a autorisé à venir m’exprimer pleinement à travers une nouvelle passion : le violon. Ok, je porte toujours seule mon gros fardeau, mais j’ai espoir qu’on finisse tous ensemble par m’en libérer parce qu’on a déjà bien avancé.”

“P2 est cool finalement. J’entends sa demande. Mais elle porte encore trop de souffrances, bien plus que ce que Jean-Emmanuel est en capacité d’accueillir pour le moment. On va devoir y aller progressivement.”

P2 se sent de plus en plus en sécurité et porte son fardeau tel un bodybuilder bien entraîné. P2 est en confiance et sait que P1 arrive. P1 adore les émotions positives de P2. P2 adore la sécurité de P1. D’ailleurs, Sécurité danse aussi bien avec Liberté qu’avec Amour et avec une telle fluidité qu’on aurait dit du West Coast Swing.

Ça, c’est la PHILOSOPHIE DE VIE HUNKAAR.

A propos de l'auteur

Jean-Emmanuel

Jean-Emmanuel est le fondateur de la méthode HUNKAAR et continue chaque jour à expérimenter autour d'un thème qui lui est cher : le dialogue direct avec l'inconscient.

13 commentaires

    • Continue à ne pas lâcher, cela vaut tellement le coup. Si comme moi tu tapes comme une secrétaire, tu peux aussi tenter des choses avec un clavier au lieu de feuilles et crayons. Petite intuition pour toi, j’espère que ça pourra t’aider.
      Et sinon, n’hésite pas à continuer à me poser toutes sortes de questions, j’y répondrai avec grand plaisir.

  • Hyper interessant… et en toute honnêteté assez flippant !

    Après street hypnose qui ne devait être « qu’une remise en jambe purement technique » pour l’hypno rouillé que j’étais, je me suis inscrit à expérimentale. Et suite aux échanges avec mes formateurs de street, et plus je te lis, j’ai de plus en plus envie de passer par Hunkaar pour aller plus loin.

    Mais quand même, ça ne me rassure pas à 100% 😂 !

    Merci pour ce partage dans tous les cas

  • bonjour Jean-Emmanuel. Je te suivais régulièrement dans les années ‘”hypnose des rues”, cela m’a ouvert la porte de l’hypnose en général, mais j’étais déjà magnétiseur et c’est dans le magnétisme que j’ai appris et compris la place et le rôle essentiel de l’inconscient ( techniquement système autonome) lié à la partie consciente de notre organisme (système neuro sympathique).
    à voir la part entre l’inconscient (les rêves par exemple) et le subconscient.
    tes prochains travaux me passionnent déjà. Merci de ne pas m’oublier dans tes lettres d’information.
    Amicalement, Jean-Pierre

    • Bonjour Jean-Pierre,
      Merci pour ton message ! Je me suis permis de corriger mon prénom dans ton commentaire, il y avait une petite coquille.
      On peut s’inscrire à la newsletter en bas de chaque article, si ce n’est pas déjà fait de ton côté.

  • Quelle belle aventure tu nous permets d’entreprendre avec Hunkaar !
    Pouvoir discuter (par l’écriture) avec ses parties inconscientes pour mieux se comprendre et trouver des solutions pour aider chaque partie à se libérer de son fardeau, c’est juste génial.
    Pour l’anecdote, j’ai ressenti une grande émotion lorsque j’ai appris que ma partie Rentur (mon Namilélé) venait « piquer » mon inconscient pour qu’il aille dire je t’aime à une autre partie qui a besoin d’amour ! Depuis, j’ai négocié avec mon inconscient qu’il le fasse de temps en temps et tout va bien.
    Merci de m’avoir éveillée à écouter mon inconscient, cela m’a ouvert des portes et permis de trouver de la sérénité.

  • Bonjour Jean-Emmanuel,
    Après street hypnose et une formation qui se termine (si une formation se termine vraiment lol) à l’AFNH, il me faudra venir te voir ; je suppose que la formation de cinq jours ne migre pas jusqu’à Bruxelles ? Je tente toujours, haha
    A BIENTÔT ?

    • Bonjour Didier,
      Olivier PERROT m’invite régulièrement à Bruxelles pour des formations sur 2 jours où je présente ma méthode.

      Toutefois, je n’ai aucune intention de faire migrer mes formations à Bruxelles, ni même de les y dupliquer. Désolé 😉

  • Merci Jean Emmanuel. J’en profite pour te partager que je vis de vraie transes énergétiques depuis un moment avec cette rencontre de mon inconscient et que je suis rentrée dans une dynamique collective avec des gens qui vivent les mêmes transes que moi (enfin à chacun la sienne). Donc je comprends que c’est par le corps pour l’instant que ça s’exprime en moi, et… pourquoi pas. Mais je vais quand même faire ce que tu m’as dit, je vais tenter le clavier 🙂

La parole à l'inconscient

Articles récents

>