Mes explorations du défi du mois n°10 : Ananda Mandala

Pour ce défi du mois n°10, j’ai eu envie de partager publiquement mon processus d’exploration au fur et à mesure afin je l’espère de contaminer ne serait-ce qu’un seul d’entre-vous à vouloir essayer.

Le thème du mois est donc “jouez avec votre respiration”. Avant même d’y apporter une touche ludique, je souhaitais d’abord explorer tout ce qui se cachait derrière le mot respiration. Tous ses potentiels, en quelque sorte. J’ai déjà quelques expériences passées liées à la respiration. J’utilise de temps à autre la respiration Wim Hof que j’adore, la respiration méditative et j’ai exploré toute sorte de breathwork (respiration active).

Mais je vous jure, je n’avais jamais testé un truc aussi fou qu’Ananda Mandala. Découverte par le plus grand des hasards, cette respiration active m’a transporté vers d’autres cieux. Littéralement.

Vous devez perdre 30 minutes de votre vie pour essayer !

30 minutes de respiration guidée, avec une petite introduction anglophone importante dont voici les indications principales si l’anglais avec un accent très prononcé n’est pas votre ami :

  • La technique est basée sur une alternance de respiration guidée et de méditation orientée chakras (et pas besoin d’y croire pour que cela fonctionne, j’en suis la preuve vivante. Il suffit de rapidement comprendre la logique derrière).
  • Le 1 signifie “inspirez” et le 2 “expirez”.
  • Idéalement, l’inspiration doit être profonde.
  • L’expiration doit être rapide et forcée.
  • La respiration toute entière ne se fait QUE PAR LE NEZ.

Si comme moi vous n’êtes pas expert, je vous recommande un casque sur les oreilles et une posture assise en tailleur. Si même la posture en tailleur est difficile, une chaise peut faire l’affaire. Les connaisseurs reconnnaîtront dans l’audio les noms des autres postures qui favorisent davantage Ananda Mandala. Tentez aussi de garder une partie de votre attention sur ces éléments de postures essentiels :

  • Le buste redressé,
  • tête, cou et dos alignés,
  • épaules relâchées,
  • les mains sur les genoux,
  • les yeux fermés,
  • le corps immobile au maximum.

La phase d’explications s’étend jusqu’à 2’45 environ.

Ensuite, vous pouvez accrocher votre ceinture et c’est parti. Attention, vous êtes prévenu. C’est sacrément intense. C’est difficile même. Il est possible que vous abandonniez avant même d’avoir atteint la moitié. Les sensations sont extrêmement puissantes, chamboulantes voire troublantes. Les fourmillements dissociatifs que l’on côtoie avec HUNKAAR quand l’inconscient prend le contrôle, c’est de la pacotille à côté. 

1, 2. 1, 2. 1, 2. 1, 2. Fichtrement rapide comme rythme. J’ai peur d’avoir surestimé mes capacités. Et puis je continue quand même guidé intérieurement par Namilélé qui me rassure et m’envoie plein d’amour. 1, 2. 1, 2. L’impression de respirer sans avoir le temps de remplir complètement ses poumons est difficile à tolérer. 1, 2. 1, 2. L’air brûle mon nez comme s’il faisait -20° dans la pièce. 1, 2. 1, 2. Plusieurs minutes interminables plus tard, la voix me guide enfin vers une expiration complète avec une première apnée. Pour l’instant, pas de sensations extrêmes. Mais je fais confiance au processus. Vient ensuite une profonde inspiration avec nouvelle apnée.  Sensation de repos. Mental et physique. Et à peine le temps de souffler, ça repart : 1, 2. 1, 2…

J’aime me surpasser. Je m’accroche malgré la difficulté ressentie.

Après plusieurs cycles de cette torture, des fourmillements et des contractions musculaires apparurent dans tout mon corps en même temps que se répandait dans toute mon âme l’Amour de l’univers. Difficile de trouver des mots rationnels pour expliquer l’innomable. Et ces perceptions nouvelles ne cessèrent de s’accentuer qu’à la toute fin de l’audio où je profitai de quelques minutes de plus d’extase. Comme si c’était la première et la dernière fois qu’une aussi belle expérience se présenterait à moi, il était hors de question de me culpabiliser d’être trop gourmand. J’en ai profité goulument jusqu’au retour tranquille dans mon corps suivi par un joli réveil.

Les Chakras

Les Chakras

Encore une fois, pas besoin d’y croire, la seule logique consistant à remonter petit à petit du Chakra Racine vers le Chakra Couronne fonctionne. L’idée sous-jacente d’élévation progressive s’auto-suffit. J’imagine que sentir ses Chakras doit apporter un réel plus, mais ce n’était pas mon cas.

Quelques repères pour vous aider à mieux comprendre cette technique respiratoire :

1,2. 1,2…

Première apnée à l’expiration : chakra racine, tout en bas.
Première apnée à l’inspiration : chakra couronne, tout en haut.

1,2. 1,2…

Deuxième apnée à l’expiration : chakra sacré, le deuxième en partant du bas.
Deuxième apnée à l’inspiration : chakra couronne, tout en haut.

1,2. 1,2…

Troisième apnée à l’expiration : chakra du plexus solaire.
Troisième apnée à l’inspiration : chakra couronne, tout en haut.

1,2. 1,2…

Quatrième apnée à l’expiration : chakra du coeur.
Quatrième apnée à l’inspiration : chakra couronne, tout en haut.

1,2. 1,2…

On part du bas et on amène toute notre attention de plus en plus haut dans les expirations, que ce soit pour plus de spiritualité ou simplement plus d’énergie.

1,2. 1,2…

Dernière apnée à l’expiration : chakra couronne, tout en haut.
Dernière apnée à l’inspiration : chakra couronne, tout en haut. 

Et c’est là que j’ai décollé.

Laisser un commentaire