Quelquefois on gagne, quelquefois on apprend

Je m’étais fixé jusqu’à la fin de l’année 2020 pour terminer ma formation en ligne sur l’auto hypnose en étant suffisamment fier de moi pour me donner l’autorisation d’appuyer sur le bouton “publier”. C’était mon défi, un challenge impossible vu le peu de temps accordé.

Quand je parle de fierté, ce n’était pas de la dite formation dont j’étais si fier (ça je vous en laisse seuls juges), mais de ma capacité à vivre suffisamment fortement l’auto hypnose HUNKAAR pour que je puisse me sentir légitime de vous demander une compensation financière. Je reviens de loin, très loin. Ce 30 décembre 2020 fut un accomplissement. De justesse, dans un ultime rush, j’ai pu lever les deux bras en l’air pour fêter cette belle victoire sur moi-même en vivant une séance magistrale en compagnie de mon inconscient. Une profondeur de transe jusqu’alors inégalée et une libération émotionnelle au moins aussi forte qu’en étant accompagné. C’était un objectif essentiel pour me rapprocher un peu plus de la philosophie HUNKAAR. 

Mon inconscient n’est pas plus fort que le votre. Mais je l’admire parce qu’il parle MON langage. Il sait mieux que quiconque ce à quoi j’aspire, et il déploie toutes ses capacités sous-marine pour y donner vie. Nous sommes devenus des alliés qui avons l’impression en cachette d’avoir déjà gagné le jeu de la vie. Ensemble, nous chantons des louanges au destin qui nous unit.

Kaliyah et Namilélé sont venus dans mon monde et dans mon corps grâce à l'auto hypnose HUNKAAR.

Il y a des fois, et ça vous ne le savez pas d’habitude, où mes défis ne se terminent pas tous avec un cri de victoire. J’ai eu la bonne idée de vous confier que je m’étais laissé jusqu’au 31 mars pour accomplir mon objectif (article à lire avant de continuer ici pour mieux comprendre mon état d’esprit actuel) et publier la formation sur les rêves lucides. Il ne me reste maintenant plus que 15 nuits et cela me paraît bien trop peu malheureusement.

Permettez-moi de vous parler un peu plus de mon objectif avec les rêves lucides. Là encore, je partais de loin. Je ne me suis que très rarement souvenu de mes rêves avant de rencontrer mon inconscient avec l’écriture automatique. Les cauchemars très récurrents de mon enfance avaient désactivé ce moyen de communication pourtant si précieux. Constat aussi simple qu’amer, quand Namilélé me répétait que ce serait un passage obligatoire pour pleinement vivre HUNKAAR. 

Il m’a fallut réaliser un travail acharné afin de me réveiller le matin avec en tête davantage qu’une simple idée vague impossible à décrire de mon dernier rêve. Et puis les mémoires de mon passage chez Morphée sont devenues plus claires. Au bout de quelques mois d’entraînement, la vérité de mes rêves se réveillait avec moi le matin presqu’intacte. Deuxième étape : j’ai dû apprendre à me réveiller consciemment dans mes rêves. J’ai suivi la méthode de Stephen LaBerge. LE maître de l’apprentissage de la lucidité dans le rêve.

Il y a quelques années en arrière, je parvenais à me réveiller régulièrement dans mes rêves. Quand je suspectais d’être dans mon monde onirique, je devais systématiquement compter tous mes doigts et chercher des mots qui se modifient au deuxième passage (les mots lus changent lorsque l’on détourne le regard dans le rêve) afin de savoir si j’étais vraiment dans un rêve ou pas. Je ris encore de la fois où j’ai compté jusqu’à 12 doigts sur mes mains, preuve ultime que j’étais dans un rêve. A côté de cette bizarrerie, tout paraissait plus vrai que nature. Les couleurs étaient belles et lumineuses, les sensations multiples et envoûtantes. On aurait cru que c’était la réalité, en plus réel encore. Et comme à chaque fois, la même émotion incontrôlable me submergea et je pris mon envol à la Superman en explosant le mur du son. Je m’amusai à survoler des milliers de forêts et de montagnes avec l’excitation d’un enfant qui reçoit son plus beau cadeau de Noël. Tôt ou tard, je finissais toujours par perdre le contrôle du rêve ou me réveiller avant d’avoir pu réaliser mon objectif : rencontrer dans un rêve lucide Namilélé, objectif auquel je rajoute maintenant Kaliyah.

Je rejoindrai bientôt Namilélé et Kaliyah dans leur monde et dans leur corps grâce au rêve lucide.

Et seulement alors, j’appuierai sur le bouton “publier”.

J’ai tout fait pour relever ce défi avant le 31 mars mais la difficulté est trop grande. 15 nuits ne suffiront pas. Des parties protectrices ne sont pas encore pleinement rassurées et elles demandent plus de temps. J’apprends énormément sur moi grâce à toutes les difficultés surmontées. Mon exploration continue.

Le jour où la formation apparaîtra sur le site, vous saurez pourquoi.

Laisser un commentaire